Le Havre, terre de cricket

0

Si l’époque n’est pas propice au voyage, l’Escale Australienne, avec son lot d’animations, de spectacles et de concerts, offre une occasion de dépaysement au public du Havre, jusqu’au 7 novembre. Côté sport, outre le rugby et le football australien, c’est le cricket qui fait vibrer les foules au pays des kangourous. Deux journées d’initiation et de démonstration ont eu lieu, samedi 17 juillet, à l’esplanade Nelson-Mandela, et dimanche 18 juillet, au Polygone. L’événement, organisé par la mission locale avec le soutien de joueuses de l’équipe de France féminine, a permis à des réfugiés, majoritairement afghans, de partager leur passion pour cette discipline particulièrement méconnue en France, y compris pour les connaisseurs des sports de battes que sont les lecteurs de ce blog.

L’éclosion médiatisée, un peu partout sur le territoire, d’équipes de cricket est liée aux flux migratoires actuels, notamment en provenance d’Afghanistan. Déstabilisé par des décennies de guerre civile et d’interventions étrangères, ce pays a su, malgré un manque criant de moyens, se tailler une place parmi les meilleures nations de cricket. Pour ces plus ou moins jeunes hommes qui ont dû fuir à l’étranger, pouvoir pratiquer leur sport de cœur est une vraie bouffée d’oxygène et leur enthousiasme sur le terrain est communicatif – ce ne sont pas leurs encadrants qui diront le contraire !

L’équipe de France féminine répond présent

Cinq joueuses de l'équipe de France de cricket en démonstration au Havre.

Les joueuses de l’équipe de France : (de g. à d., debout) Emma Chance, Thea Graham, Jenny King ; Alix Brodin et Tracy Rodriguez.

C’est une passion identique qui anime les joueuses de l’équipe de France. Cinq d’entre elles étaient présentes lors des deux journées pour contribuer à l’organisation et au bon déroulement des ateliers et des rencontres. En pleine préparation pour le tournoi qualificatif pour la Coupe du monde 2022, tournoi qui se tiendra en Écosse à partir du 26 août, elles ont tout sauf rechigné à faire la promotion de leur sport.

Si le samedi a été consacré à la présentation du cricket au grand public, le dimanche a donné lieu à la visite de la nouvelle section des Huskies de Rouen, elle aussi composée de réfugiés afghans et pakistanais. Les deux rencontres du jour, disputées au format T10, ont tourné à l’avantage des visiteurs. Un derby est né.

Un club en création

Après un week-end riche en « fours » et en coups de soleil, la mission locale se tourne maintenant vers l’avenir proche et le projet de création d’un club. Alors que l’actualité internationale est tragique et que le sort de milliers d’Afghans est incertain, l’arrivée d’un petit nouveau dans le giron de la FFBS serait une petite consolation.

Laisser une réponse